Faire face à la pénurie d'eau
Un cadre d'action pour l'agriculture et la sécurité alimentaire

Coll. FAO Rapports sur l'eau , Vol. 38

Langue : Français

39,25 €

Disponible chez l'éditeur (délai d'approvisionnement : 15 jours).

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 79 p. · 21x29.7 cm · Broché · Bichromie
ISBN : 9789252073048 EAN : 9789252073048
FAO
En termes simples, il y a pénurie d’eau lorsque la demande en eau douce dépasse l’approvisionnement dans un lieu précis. Pénurie d’eau = demande en eau excédentaire par rapport à l’approvisionnement disponible Une telle situation peut se produire du fait d’une demande globale importante de la part de tous les secteurs utilisateurs d’eau par rapport à l’approvisionnement disponible, dans les dispositions institutionnelles et les conditions infrastructurelles prévalant dans un lieu donné. Elle se manifeste par une incapacité à satisfaire la demande exprimée ou par une satisfaction partielle de cette demande, une concurrence économique pour la quantité ou la qualité de l’eau, des conflits entre les utilisateurs, un épuisement irréversible des eaux souterraines et des répercussions négatives sur l’environnement. La pénurie d’eau est un concept à la fois relatif et dynamique qui peut se produire à tous les niveaux de l’approvisionnement et de la demande, mais c’est aussi une construction sociale : ses causes sont toutes liées à l’intervention de l’homme dans le cycle de l’eau. Elle varie dans le temps du fait de la variabilité hydrologique naturelle, mais encore plus en fonction des politiques et stratégies de planification et de gestion économiques. Il faut s’attendre à ce que la pénurie s’intensifie avec la plupart des formes de développement économique, mais ses causes peuvent être en grande partie prévues, évitées ou atténuées si elle sont adéquatement prises en considération. Les trois principaux aspects qui caractérisent la pénurie d’eau sont : un manque physique de disponibilité en eau pour répondre à la demande ; le niveau de développement des infrastructures qui contrôlent le stockage, la distribution et l’accès à l’eau ; et la capacité institutionnelle à fournir les services d’eau requis.