Rapport sur la vingt-septième session du comité des pêches, Rome 5-9 Mars 2007 (FAO, rapport sur les pêches N° 830, FIEL/R830, Fr)

Langue : Français
Couverture de l'ouvrage Rapport sur la vingt-septième session du comité des pêches, Rome 5-9 Mars 2007 (FAO, rapport sur les pêches N° 830, FIEL/R830, Fr)

Thèmes de Rapport sur la vingt-septième session du comité des...

20,26 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 92 p. · 21x29.5 cm · Broché
ISBN : 9789252057383 EAN : 9789252057383
FAO
La vingt-septième session du Comité des pêches s'est tenue à Rome (Italie) du 5 au 9 mars 2007. Le Comité a examiné les questions de portée internationale et le programme de travail du Département des pêches et de l'aquaculture de la FAO concernant les pêches et l'aquaculture. Outre les activités supplémentaires visant à faciliter et à assurer l'application du Code de conduite pour une pêche responsable et de ses Plans d'action internationaux (capacité, pêche illicite, non déclarée et non réglementée, requins et oiseaux de mer), le Comité des pêches s'est félicité de la présentation prochaine d'un programme de travail général pluriannuel pour la gestion des ressources génétiques dans le domaine des pêches et de l'aquaculture. Le Comité s'est déclaré préoccupé par le niveau de la capacité de pêche, qui est supérieur aujourd'hui à celui d'avant le tsunami de 2004 dans certaines zones touchées et il a reconnu qu'il fallait faire face à ce problème, avec l'aide de la FAO, le cas échéant, en élaborant et appliquant des arrangements rationnels de gestion des pêches, y compris la diminution progressive de la surcapacité et la prise en compte de considérations liées au contrôle, à l'accès et aux moyens d'existence. Le Comité a également évoqué la question de la sécurité en mer liée à l'utilisation de navires non conformes aux normes. Il a reconnu l'importance de la traçabilité pour le commerce du poisson et il s'est félicité du protocole d'accord conclu par la FAO et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Il a confirmé être convaincu que la FAO assumerait pleinement son rôle de coordination en vue de trouver des solutions aux problèmes auxquels est confrontée l'aquaculture mondiale et a souligné qu'il importait de s'occuper des impacts socioéconomiques de l'aquaculture et d'autres questions, notamment l'amélioration de la planification et l'élaboration des politiques aux échelles nationale et régionale. Le Comité est convenu d'accorder une plus grande place à la pêche artisanale et il s'est félicité de l'organisation d'une conférence internationale de grande envergure consacrée spécifiquement à la pêche artisanale. Il a encouragé les Membres à adhérer au Réseau international volontaire de suivi, contrôle et surveillance ou à coopérer avec lui et à élaborer un nouvel instrument juridiquement contraignant fondé sur le Plan type concernant les mesures du ressort de l'État du port pour la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et sur le Plan d'action international pour la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. Le Comité a identifié plusieurs domaines pour des activités supplémentaires concernant des questions liées à l'approche écosystémique des pêches. Le Comité a jugé que le budget octroyé au Département de l'aquaculture et des pêches était insuffisant, qu'il n'était pas à la mesure de l'importance de ses travaux ni des attentes de la communauté internationale et il a demandé instamment que les organes directeurs de la FAO allouent davantage de ressources au Département.