Anatomie Tome 2: appareil locomoteur (2° Éd.)
Coll. Atlas de poche

Auteur :

Langue : Français
Couverture de l'ouvrage Anatomie Tome 2: appareil locomoteur

Thème d'Anatomie Tome 2: appareil locomoteur

39,00 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 488 p. · 12.7x19 cm · Broché · Quadrichromie
ISBN : 9782257206893 EAN : 9782257206893
Éditions Lavoisier
Composée de 4 tomes (tronc, appareil locomoteur, ORL et neuro-anatomie), la collection « Anatomie » représente un véritable pari pédagogique qui transpose à l’écrit l’enseignement dispensé aux étudiants en médecine et des spécialités paramédicales. Avec plus de 1 700 pages et 1 300 illustrations, elle s’est imposée depuis de nombreuses années comme une référence incontournable en la matière.

Afin d’être le plus didactique possible et de s’adapter aux besoins spécifiques des étudiants, chaque chapitre de cet ouvrage est consacré à une région précise et l’aborde sous trois aspects :
– des rappels anatomiques de base qu’il est indispensable de maîtriser ;
– la présentation des notions de physiologie et de sémiologie nécessaires à la connaissance clinique de cette région ;
 – l’introduction de l’imagerie médicale.
Les illustrations proposent non seulement une représentation tridimensionnelle des régions grâce à des dessins au trait ou à l’aquarelle, mais également des schémas facilement reproductibles par les professeurs lors des cours ainsi que par les étudiants pour s’entraîner et réviser.

Les textes clairs et concis permettent au lecteur d’appréhender immédiatement l’essentiel à retenir pour chaque structure anatomique aussi bien du point de vue de l’anatomie fondamentale que de l’anatomie clinique.

Remaniée, actualisée et corrigée, cette nouvelle édition du volume consacré à l’appareil locomoteur s’est enrichie de nombreuses illustrations issues de l’imagerie actuelle, et constitue un ouvrage incontournable pour les étudiants en médecine et des spécialités paramédicales telles que les kinésithérapeutes et les infirmières.
Préfaces de la première édition
Avant-propos

GÉNÉRALITÉS

1. Généralités
Les cinq types d’anatomie
Terminologie
Orientation dans l’espace
Organisation
Vaisseaux des membres
Vaisseaux lymphatiques
Nerfs somatiques des membres
Anatomie de surface et principales régions des membres

2. Rachis
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

MEMBRE THORACIQUE

3. Ceinture scapulaire
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

4. Bras
Repères anatomiques
Anatomie clinique

5. Coude
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

6. Avant-bras et poignet
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

7. Main et doigts
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques
Main de face

MEMBRE PELVIEN

8. Ceinture pelvienne
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques
IRM

9. Triangle fémoral (scarpa)
Repères cliniques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

10. Région glutéale (ou fessière)
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Anatomie radiologique

11. Cuisse
Repères anatomiques
Anatomie clinique

12. Genou et fosse poplitée
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

13. Jambe
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

14. Cheville et arrière-pied
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Intérêt thérapeutique : cure de varices, immobilisation
Repères radiologiques

15. Pied et voûte plantaire
Repères anatomiques
Anatomie clinique
Repères radiologiques

Liste de correspondance des termes
Index

Préfaces de la première édition

L’anatomie est éternelle mais ses applications varient à l’infini et évoluent avec les progrès de la médecine. C’est ainsi que, en ses tout débuts, l’anatomie était presque entièrement descriptive, répondant à la curiosité de l’homme sur la constitution de son corps. Puis, elle devint indispensable à la compréhension du fonctionnement des différents organes qu’elle décrivait, permettant ainsi la naissance et l’essor de la physiologie. Mais au fur et à mesure que se développaient la connaissance des maladies et les possibilités thérapeutiques, l’enseignement de l’anatomie privilégia ses applications pratiques et surtout chirurgicales. Cette méticulosité dans la description des structures, allant jusqu’aux détails les plus infimes, connut son apogée au début de ce siècle avec en particulier les travaux d’André Hovelaque, travaux qui firent les cauchemars ou les délices des étudiants en médecine de l’époque.

Déjà, avec Henri Rouvière, puis avec son élève, mon maître Gaston Cordier, l’anatomie se simplifia, se ramena à l’essentiel, aux connaissances que tous les médecins doivent avoir, laissant aux spécialistes médicaux ou chirurgicaux le soin de s’instruire dans des ouvrages plus particuliers. Ces derniers ouvrages n’en furent pas moins essentiels et indispensables. Avec le développement prodigieux de ces spécialités, il fut nécessaire d’approfondir certaines notions anatomiques non seulement, comme au départ, sur l’appareil locomoteur mais également sur le système nerveux, le foie, le coeur, les poumons, en tenant compte non seulement des dispositions habituelles décrites dans les traités classiques mais également des multiples variations dont la connaissance était si nécessaire aux pathologistes, comme aux chirurgiens.

Concomitamment, les sciences médicales s’enrichissaient de nouvelles disciplines de tous ordres dont la connaissance s’imposait aux futurs médecins. Malheureusement la durée des études médicales ne pouvait s’allonger à l’infini et force fut de réduire les heures d’enseignement de certaines disciplines, même fondamentales comme l’anatomie. La réduction fut telle qu’un moment on put croire que les étudiants en médecine ne connaîtraient plus l’anatomie, ce qui devint flagrant pour les internes en chirurgie que l’on vit, au début de leur pratique, fréquenter à nouveau les salles de dissection.

C’est ainsi que, à l’heure actuelle, l’enseignement de l’anatomie se trouve devant la tâche très difficile de devoir apprendre aux étudiants le maximum de notions essentielles à l’art médical dans un minimum de temps.

C’est le tour de force qu’ont réussi les auteurs de ce traité d’anatomie en quatre volumes. Dans chaque chapitre, après avoir fourni les notions anatomiques de base, ils ont insisté sur leur intérêt physiologique, sémiologique et thérapeutique, démontrant ainsi à l’étudiant la nécessité de leur connaissance.

Un livre d’anatomie d’importance ne se conçoit pas sans une parfaite iconographie. Certes, il est impossible de reproduire exactement le réel ce qui rendrait parfois difficilement visibles certains constituants anatomiques, comme on peut s’en apercevoir quand on regarde les magnifiques planches d’anatomie de la jambe, dans le traité de Rouvière, presque parfaites sous la plume d’Arnould Moreaux. Une certaine schématisation est nécessaire. Elle a été parfaitement obtenue par les très beaux dessins d’Antoine Barnaud et par des dessins plus simplifiés des auteurs. Simplifiés, certes, mais toujours parfaitement exacts, ce qui les distingue des caricatures de certains polycopiés dits d’anatomie. Bref, voici donc un ouvrage réussi, parfaitement adapté aux nécessités de l’enseignement moderne et, par conséquent, utile tant à ceux qui enseignent qu’à ceux qui apprennent l’anatomie.

À tous, je ne peux que leur recommander ces très beaux volumes et je félicite les auteurs de les avoir réalisés.

Professeur Christian CABROL

L’anatomie, bien que moins longtemps enseignée qu’auparavant au cours du premier cycle des études médicales, n’en constitue pas moins une matière fondamentale.

Trop longtemps purement descriptive dans le détail, elle doit, pour ce qui concerne l’appareil locomoteur, l’être suffisamment pour servir de base à l’acquisition de données sémiologiques cliniques ou en imagerie, normale ou pathologique.

Les repères osseux, les rapports ostéo-articulaires et ostéo-neuro-vasculaires sontcessentiels à connaître en traumatologie.

Les caractéristiques des articulations (mobilité et stabilité) et des muscles (fonction et innervation) sont indispensables à connaître pour appréhender la fonction normale ou pathologique et alors dégénérative ou paralytique.

Jean-Marc Chevallier, dans ce volume, a su répondre parfaitement à ce cahier des charges, en décrivant l’essentiel, en apportant chaque fois que possible des applications sémiologiques cliniques ou d’imagerie voire thérapeutiques.

Cet ouvrage s’adresse aux étudiants en médecine, aux médecins, et plus particulièrement pour ce volume à ceux confrontés à la pathologie de l’appareil locomoteur, qu’il s’agisse de rhumatologues ou de chirurgiens orthopédistes en formation ou non, dont les connaissances anatomiques doivent être acquises et régulièrement évaluées.

Professeur Bernard AUGEREAU

Chef du service de chirurgie orthopédique,

hôpital européen Georges-Pompidou, Paris

Étudiants en médecine et des spécialités paramédicales telles que les kinésithérapeutes et les infirmières.
Jean-Marc Chevallier est Professeur d’Anatomie à l’Université Paris V et chef du service de Chirurgie viscérale à l’hôpital européen Georges-Pompidou, Paris.