Analyse comparée des différentes politiques au Burkina Faso visant à différencier la qualité du coton pour mieux le valoriser ... (Master of Science N° 94)

Auteur :

Langue : Anglais, Français
Couverture de l'ouvrage Analyse comparée des différentes politiques au Burkina Faso visant à différencier la qualité du coton pour mieux le valoriser ... (Master of Science N° 94)

Thème d'Analyse comparée des différentes politiques au Burkina...

50,00 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 182 p. · 21x30 cm · Broché
ISBN : 9782853523936 EAN : 9782853523936
CIHEAM
Le coton africain fait vivre de nos jours directement et indirectement environ 15 à 20 millions d'africains (Seck, 2005). Mais ce marché mondial de coton est caractérisé depuis 2000 par une baisse tendancière des cours qui entraîne une diminution considérable du revenu des producteurs de coton ouest africain. Face à cette situation, les plus gros pays producteurs de coton de l'Afrique de l'Ouest et du Centre, regroupés au sein du C4 (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad), ont dénoncé ces subventions devant l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 2003. Parallèlement et pour faire face à la crise, des politiques de différenciation du coton sont mises en oeuvre au niveau du continent. La différenciation des produits a pour effet d'amortir l'incidence des mouvements et des prix (et de parité) sur les échanges (Vollé, 2000). Au niveau du continent et selon les pays, il existe une ou plusieurs initiatives de différenciation sur le coton. En prenant le cas du Burkina Faso, cinq initiatives existent, dont deux en cours d'élaboration. Les initiatives effectives sont le coton équitable, le coton bio équitable et les marques L8-F8. Quant à celles en cours, il s'agit du Better Cotton Initiative et du Cotton made in Africa. Cette étude dont l'objectif était de faire un état de lieu sur les initiatives au Burkina Faso a permis ainsi de répondre à la question suivante : Est-ce que la différenciation du coton burkinabé permet d'augmenter le niveau de prix comparativement à celui du coton conventionnel ? Quelles sont les démarches existantes ? Comment s'organisent-elles ? Ces initiatives permettentelles de répondre à la question de la production durable du coton au Burkina Faso ?