L'anthropologie des médecins (IXe-XVIIIe siècles)
Coll. Revue de Synthèse, Vol. Tome 134, N°4 - 6ème série

Auteur :

Langue : Français
Couverture de l'ouvrage L'anthropologie des médecins (IXe-XVIIIe siècles)

Thèmes de L'anthropologie des médecins (IXe-XVIIIe siècles)

24,50 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Numéro de revue 162 p. · 16x24 cm · Broché · 
ISBN : 9782817805108 EAN : 9782817805108
Éditions Lavoisier

Ce numéro retrace la généalogie de l'anthropologie des médecins (9e-18e siècle) ; les médecins se sont faits anthropologues au sens où ils interrogent la nature humaine, par delà la simple description du corps humain, engageant ses relations à l'âme notamment, et prenant en compte son irréductible variété. Le point de vue médical sur l'homme n'a jamais été un simple matérialisme: cette enquête sur l'anthropologie des médecins montre l'étendue et la richesse des conceptions et des discours sur l'homme ainsi développés. Les réflexions anciennes sur la nature de l'homme (ici analysées) ont pour but de contribuer à résoudre des problématiques contemporaines (notamment celle de l'éthique en médecine), en leur donnant une profondeur historique nouvelle.

Jusqu’au XIXe siècle, les médecins se sont fait anthropologues, au sens où ils s’interrogeaient, par nécessité, sur la nature humaine. Les âges de la vie, l’influence de la géographie, des pratiques alimentaires et des mœurs, voire de la morale sont autant d’éléments que le médecin devait prendre en compte dans sa description de l’homme et de sa santé. La particularité de l’anthropologie des médecins tenait en effet avant tout à la reconnaissance d’une infinie variété au sein de l’humanité, variété à laquelle le médecin devait et savait seul s’adapter. De plus, l’extension très large de la notion de santé leur permettait de tenir un discours allant au-delà du simple bien-être du corps, puisqu’ils pouvaient revendiquer un rôle à jouer dans l’encadrement et l’amélioration des mœurs ou de la pensée. En d’autres termes, le point de vue médical sur l’homme n’a presque jamais été un simple matérialisme confiné à l’anatomie ou à la description physique des êtres humains, mais a constitué depuis l’Antiquité une anthropologie, dont l’histoire est ici retracée des réinterprétations arabes aux développements du début de l’époque contemporaine. Ce numéro s’adresse donc tout particulièrement aux historiens de la médecine, mais aussi aux philosophes et aux historiens de la modernité.